Deux soirs de concerts exceptionnels au Divan du Monde : 13 et 14 juin !

Mise en page 1

Verso.Def

Cliquez ici pour accéder directement à l’événement sur Facebook

Ou ici pour réserver vos billets

Publicités

Sarah and The White Mountain Band – Concert du 14 juin 2014 – Divan du Monde

Influencée par les musiques irlandaises et les musiques populaires américaines, Sarah développe durant son adolescence un style empreint de bluegrass sans même le savoir. Elle découvre un beau jour cette musique chaleureuse, qui semble parfaite pour sa voix et dont la simplicité et l’esprit pionnier lui correspondent, lui ressemblent.

Sarah

Elle décide alors de monter un répertoire des ses chanteuses favorites et de nous emmener à la montagne blanche. Parfois, les temps sont difficiles, la nature y dicte sa loi et on s’en remet à sa foi pour affronter chaque nouvelle journée. Parfois rien ne compte plus que les intrigues amoureuses et les cœurs brisés.

Sarah et son White Mountain Band, «s’arment» du banjo, du violon et de la voix pour nous raconter ces aventures toutes droit venues des Appalaches.

www.noomiz.com/sarahandthewhitemountainband

June Bug – Concert du 13 juin 2014 – Divan du Monde

Adeptes de la scène folk alternative, June Bug & the Storytellers ne sont pas seulement en quête d’originalité mais aussi d’authenticité.

June Bug

Ils nous entraînent dans la confidence d’un monde un peu halluciné. Une musique aux faux airs de simplicité aux confluents des univers de Kimya Dawson et de Neil Young. Des arrangements minimalistes touchants soulignant admirablement la jolie voix de June qui a le cœur tendre des chanteuses pop et les pieds sales des voyageuses effarouchées.

C’est malicieux, franc et passionné.

« (…) June Bug laisse transparaitre une douce fragilité, le tout au service d’un folk très intimiste. » – Les Inrocks Lab

« Une Voix caressante, les accents mêlés du français et de l’anglais, la gaîté du ukulélé parfois “épaissie” par une guitare ou une basse : June Bug surfe sur une vague mentholée de folk douce et fraîche. » – Télérama

 « Une musique aux faux airs de simplicité, avec des arrangements minimalistes mais touchants, qui sert admirablement la jolie voix de la demoiselle. Entre comptines joyeuses et folk plus classique, June Bug enchante par sa fraîcheur, les inflexions de sa voix. » – Nord Eclair

http://junebugacoustic.tumblr.com/

 

Sirius Plan – Concert du 14 juin 2014 – Divan du Monde

3 artistes, 3 univers, 3 voix
Sirius Plan c’est un «girls band» old school qui casse les codes avec grâce.

Capture d’écran 2014-04-02 à 19.26.26

Skye c’est «l’adroite gauchère à la guitare à l’envers» qui écrit, compose et chante. On la verra d’abord avec Alain Chamfort, puis avec Miossec pour ensuite partir en tournée avec Christophe Willem. Pendant huit mois, elle est la guitariste choriste du chanteur atypique. Puis ils partent à Londres pour préparer l’album « Caféine » (sorti en 2009), sur lequel elle écrit la quasi-totalité des textes (dont les singles « Berlin » et « L’or est tombé du ciel »). Côté scène, on a pu la découvrir en première partie de San Severino, Abd Al Malik, Alain Chamfort, Laurent Voulzy, The Servant, Christophe Willem, TOTO ou encore Beverly Jo Scott.

Sur sa route elle croisera Claire Joseph : auteur, compositeur, interprète, pianiste et guitariste, qui est une artiste au parcours atypique. Athlète de haut niveau de TaeKwonDo, elle se destine à une carrière dans ce sport quand en 2002, Francis Cabrel l’invite à participer aux Rencontres d’Astaffort, et quelques années plus tard à une édition « Best of », au cours de laquelle elle rencontre Emmanuel Moire, qui lui propose rapidement de chanter avec lui sur son album « Là où je pars » et de l’accompagner sur scène, lors de sa tournée 2007.

Elle rencontre Skye qui lui demande de faire les arrangements chœurs de son album «  All My Tears ». Elle l’accompagne pendant plus d’un an sur scène en tant que choriste et guitariste. C’est ensemble qu’elles décideront de faire un projet : Sirius Plan. Un jour lors d’un concert de Beverly Jo Scott, elles y verront Gaëlle Mievis à la batterie, ce qui sera une véritable révélation. Gaelle, qui est la petite belge du groupe, a un son beaucoup plus blues rock et des influences liées à Phantom Limb, Alabama Shakes, Foo Figthers, PJ Harvey, Florence and The Machines ou encore Jeff Buckley.

« Il n’y a pas de mots pour décrire l’ampleur de leur talent à chacune d’entre elles mais aussi des trois ensemble ! Des harmonies vocales parfaites et des reprises de très haut niveau, comme notamment une version plus bluesy de Come Together des Beatles : elles n’ont pas choisi la facilité. On comprend maintenant pourquoi de nombreux artistes se les arrachent et veulent travailler avec elles. » – Kharma Magazine


http://siriusplan.com/

Théodore, Paul et Gabriel – Concert du 13 juin 2014 – Divan du Monde

Si Crosby Stills & Nash avaient eu trois filles avec la divine et tragique Karen Dalton, elles se seraient appelées Théodore, Paul & Gabriel. On objectera que ce ne sont pas là des noms de filles  ! Certes, mais dans un monde qui n’en finit plus de considérer que la musique, entre autres choses essentielles, est quelque chose de bien trop sérieux pour être confié au deuxième sexe, le trio a choisi de masculiniser ses prénoms respectifs.

Thé, paul &Gab

Paul (ine)Thomson joue de la guitare électrique. Théodora de Lilez joue de la basse et écrit des scénarios en attendant de les réaliser. Quant à Clémence Gabriel, comédienne, guitariste et chanteuse lead, elle chante le blues avec une sorte de conviction hantée et de blessure de l’âme.

C’est là tout le mystère et la grâce de Théodore, Paul & Gabriel, la conjonction inespérée de trois jeunes parisiennes qui revitalisent le folk rock avec la candeur des débutantes et le savoir-faire inné de celles qui sont prédestinées. L’acte de naissance de Théodore, Paul et Gabriel se passe dans un café qui jouxte Science Po. Pauline y suit assidûment un cursus universitaire, Clémence, de son côté, hante plus souvent le dit débit de boisson que les amphis. Et puis ce jour là, une chanson de BB King passe à la radio (ce qui est déjà de bon augure). L’une s’écrie «  J’adore BB King  »  ! L’autre rétorque «  moi, je sais la jouer à la guitare  !  ». La première poursuit  : «  Moi aussi, alors rendez-vous chez moi demain à huit heures  ».

Cette période de gestation dure trois ans, où elles jouent essentiellement des reprises, elles passent à la composition, qu’elles pratiquent ensemble, pour aboutir à un premier EP qui recueille l’intérêt des médias. Sur la foi de ces pépites et de prestations scéniques convaincantes dans l’univers modeste des groupes débutants, Theodore, Paul & Gabriel décroche un contrat d’édition avec Morgane Music, et Belleville Records. Pierre Guimard (réalisateur de Lily Wood & The Prick, musicien de Keren Ann ou Jean-Louis Aubert…) a réalisé leur premier EP « The Silent Veil  », sorti en France en novembre 2011 et au printemps 2012 aux Etats-Unis.

Le trio s’est déjà produit dans certaines des salles les plus prestigieuses de Paris telles que l’Olympia pour le festival des Inrocks, l’Alhambra en première partie des Clap Your Hands Say Yeah, ou encore le Casino de Paris en première partie de Lilly Wood And the Prick.

De nombreux articles sont parus dans Les Inrockuptibles, ELLE, Grazia, Glamour, l’Express Style, Guitarist Magazine, Marie-Claire, Modzik…

Le groupe a également été invité sur plusieurs radios et plateaux de télévision (dont celui de Taratata).

«  Trois garçonnes dans le vent  » – Le Parisien

«  Un trio aux mélodies folk indémodables  » – Paris Match

«  (…)groupe de filles qui décoiffe  » – Elle

«  Ça fait du bien là où ça fait mâle…  » – Be

«  (…)héritières aimables des Beatles(…)  » – Les Inrockuptibles

«  Un air des Beatles  » – L’Express

www.theodorepaulgabriel.com

Leur profil Twitter

John and Betty – Concert du 14 juin 2014 – Divan du Monde

John & Betty est un duo de songwriters inspiré par des groupes de la scène «anti-folk» (Moldy Peaches, Adam green, Jeffrey Lewis, Herman Dune…). John est à la Silvertone 6 cordes et Betty aux percussions.

John and Betty

Ils composent ensemble des ballades comme des chansons punks aux arrangements minimalistes produites dans une veine «do it yourself» revendiquée.

Après avoir joué ensemble au sein de différents groupes de reprises (Urgences, a Day In The Life, Band With No Name…) ils décident de composer, partagent les brouillons d’une dizaine de chansons et les terminent à 4 mains dans la cuisine avant de les enregistrer dans le salon.

Depuis, 2 albums on vu le jour. «Will Happiness Find Us» en 2010 (dominante acoustique) et «Do Souls Wander» en 2012 (plus rock et dépouillé). Leur nouvel EP 5 titres «Why Does Nothing Never Happen» vient tout juste de sortir. A cette occasion, ils collaborent pour les arrangements et la production avec Gunnar Ellwanger (Soma D/Kesiena) dont les apports personnels (lignes de basse, chœurs et monotron) restent fidèles à la ligne directrice épurée du duo.

John and Betty ont participé à la première édition #FolkYou du festival en 2013.

www.johnandbetty.fr 

Page Facebook

Chaîne Youtube